Get Adobe Flash player

Du même auteur


Haut de page

Article :


Assemblée Populaire Nationale

Notre chronique du 16 février dernier sur le programme philatélique d’Algérie Poste de 2017 n’est pas passée sans susciter des commentaires de la part de notre confrère blogueur Sébastien Jarod, qui s’intéresse de près à la philatélie dans plusieurs pays, dont l’Algérie. Dans sa chronique publiée le 19 février 2017 sur son blog «Chez SébPhilatélie» (sebphilatelie.blogspot.com), que nous avons lue avec un réel plaisir, Sébastien revient sur les récents propos tenus lors de sa visite en Algérie, le 14 février dernier, par Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle française, reçu, il faut le dire, comme un chef d’Etat par les dirigeants algériens, avec tout un programme et des réceptions officielles. Si la visite s’est passée plutôt bien, ce sont les déclarations de Macron qui vont provoquer la colère en France, surtout qu’il s’agit d’un sujet classé «‘‘très sensible’’ dans l’Hexagone, celui du passé colonial de la France.

Des propos qui ont réveillé, en France chez beaucoup de monde, de mauvais souvenirs - 1945-1962 ne furent pas des années faciles - et quelques rancœurs contre l’Etat français», commente Sébastien. Notre ami ne s’empêchera pas de se faire une gentille réflexion quand même : «Ce monde éveillé réagira-t-il aussi mal face aux timbres algériens sur les batailles que le gouvernement algérien et les philatélistes outre-Méditerranée face aux timbres de France sur les harkis et les anciens combattants d’Afrique du Nord ?» Malgré tout, il y aura quand même une pointe d’ironie qui se dessinera sur un timbre français. Sébastien nous apprend une nouvelle qui pousse à réfléchir. On chuchote déjà en France sur un timbre auquel on colle le qualificatif de «bien étrange». Un timbre sorti dimanche dernier à l’occasion des 55 ans du cessez-le-feu en Algérie, le 19 mars 1962.

Une date de commémoration toujours refusée par une majorité de rapatriés, des anciens combattants et des harkis survivants. Mais comme une nouvelle émission en appelle d’autres, nous avons pioché dans le catalogue philatélique français, avec la précieuse collaboration de notre ami et confrère Mohamed Achour Ali Ahmed, membre de l’Association internationale des journalistes philatéliques (AIJP), pour en tirer une liste des timbres français évoquant l’Algérie depuis 1962 pour les étudier de près. Il s’avère ainsi que sur les six figurines émises, cinq sont liées à l’histoire qui a marqué les deux pays, avec ses drames et ses douleurs, vus de l’autre côté de la Méditerranée. C’est ce qui semble intéresser la poste en France. Le 27 juin 1987, paraît une première vignette (N°Yvert et Tellier 2481) pour commémorer le rassemblement mondial des pieds-noirs à Nice, 25 ans après leur départ d’Algérie en 1962.

Le timbre est facile à décrypter avec la carte de l’Hexagone, le drapeau tricolore et des pieds marqués en noir sur la carte, représentant trois générations de rapatriés. Il sera suivi le 9/12/1989 par le célèbre timbre (Y et T 2613), intitulé «Hommage aux harkis, soldats de la France ». Un timbre qui provoquera des remous, comme il fallait s’y attendre, pour une question qui continue de fâcher encore. La figurine sera même interdite d’entrée sur les plis destinés à l’Algérie, même si certains envois ont réussi à déjouer la vigilance des services postaux. Dans la même veine, un autre timbre sera émis le 10/5/1997 (Y et T 3072) pour rendre hommage aux combattants français d’Afrique du Nord ayant servi entre 1952 et 1962.

La Poste en France s’est intéressée aussi à l’Emir Abdelkader, pour lui consacrer un timbre émis le 20/2/2008 (Y et T 4145) à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, même si cette dernière a été corrigée par la fondation éponyme (1807 au lieu de 1808). Une figurine dessinée et gravée par Yves Beaujard, d’après un tableau anonyme conservé au Musée de la franc-maçonnerie et dont les experts algériens reconnaissent la grande qualité technique, même si elle a présenté l’Emir sous l’image très contestée en Algérie. En dehors de ces émissions à polémique, un seul timbre a été émis le 23 octobre 1993 (Y&T, TS 111) pour mettre en valeur un site algérien classé au patrimoine universel de l’Unesco, qui n’est autre que le Parc national du Tassili n’Ajjer. Un beau timbre qui marquera quand même une bonne note pour la Poste de l’Hexagone. Un geste qui mérite d’être apprécié chez nous, ne serait-ce que par simple politesse.

(Article publié par le quotidien EL-WATAN, le 23/03/2017 : Cliquez-ici pour le consulter.)

Page précédente Page d´accueil Haut de page

Tous les articles :

Page précédente Page d´accueil Haut de page